Une architecture en héritage...

L’architecture industrielle des années 50, forte de ses certitudes et de ses règles, a donné au site des bâtiments spectaculaires, classés en 1989. En 1997, sous l’impulsion des autorités locales et régionales et grâce à l’aide de la Communauté européenne, le site est choisi pour accueillir le premier équipement de culture scientifique et technique de Belgique.

L’urbanisme du site et l’architecture des bâtiments sont confiés, à l’issue d’un appel à projets européen, au crayon de l’architecte français de renommée mondiale, Jean Nouvel.

Jean Nouvel, auteur d’équipements culturels prestigieux dans le monde entier, est aussi passionné d’archéologie industrielle. Il s’attache à respecter l’histoire des sites et à y faire naître une modernité qui continue de témoigner de leur fonction initiale et de leur époque. Cette démarche trouvera une expression remarquable dans la création du Pass, dont l’architecture sobre et dépouillée, expressive et fonctionnelle, dynamique et poétique, emprunte aux bâtiments industriels leurs matériaux bruts : bardage métallique profilé, béton poli, poutrelles de bois cintré… pour aider à faire le lien avec le lieu.

Jean Nouvel, a sauvé plusieurs bâtiments de la démolition (le Quartier silo, à l’entrée du site) et s'est inspiré du fonctionnement du charbonnage pour redonner au lieu sa dimension initiale et créer une architecture qui fait sens. Laurent Niget, initialement membre de l'équipe Nouvel, a assuré la maîtrise d'oeuvre de la 2ème phase du projet.